Vélo Québec donne son appui à Sentiers Royal

Sentiers Royal est fier d’obtenir l’appui de Vélo Québec dans sa campagne pour développer le vélo de montagne légal et durable sur le mont Royal.

Nous sommes heureux de constater que la vision de sentiers, conçus selon les meilleurs standards et dans le respect de l’environnement, sécuritaires et accessibles pour tous et toutes, est partagée par un nombre grandissant d’acteurs liés à ce dossier.

Il nous apparait clair que pour atteindre notre but, les groupes de cyclistes doivent travailler de concert. Sentiers Royal espère que cet appui saura contribuer à son projet de rassembler la communauté souhaitant un lieu de pratique officiel.

« Nous sommes très heureux que les adeptes de vélo de montagne s’unissent, car un projet de ce type doit compter sur l’adhésion et l’énergie du milieu pour assurer une continuité. Nous invitons donc les gens à signer la pétition de Sentiers Royal et à joindre ce nouveau groupe. » – Suzanne Lareau, présidente-directrice générale, Vélo Québec.

C’est en équipe que nous désirons relever ce défi, et c’est ensemble que nous espérons bientôt nous retrouver dans des sentiers obtenus par nos efforts conjugués.

Vous trouverez la pétition ici : https://secure.avaaz.org/fr/petition/Sentiers_Royal/?pv=6

Vous êtes invité-es à rejoindre le groupe Facebook : https://m.facebook.com/profile.php?id=1483146698581828

Vélo Québec_CMYK

L’avis des autres usagers

En Juin, l’équipe de Sentiers Royal s’est promenée à divers endroits sur la montagne pour solliciter l’avis d’autres usager-ères sur la question du vélo de montagne. Notre but était de voir comment les cyclistes étaient perçus et quels enjeux leur étaient les plus importants. Nous leurs posions trois questions:

1- Quelle est votre impression actuelle de la présence de cyclistes de montagne sur le Mont-Royal?
2- Comment aimeriez-vous que cela change?
3- Quels enjeux seraient les plus importants si cette activité devient autorisée?

Ces échanges ont révélé que la grande plupart des usagers-ères étaient favorables envers notre projet. Beaucoup ne percevaient pas les cyclistes comme un danger, et rejoignaient notre argumentaire sur des questions-clé: à travers l’idée de sentiers réalisés pour réduire au maximum l’impact environnemental, et celle d’une communauté mobilisée pour prendre en charge l’information et la sensibilisation quant à l’étiquette du partage de sentiers, le consensus semblait émerger.

Voici quelques extraits de leurs témoignages:

1- Quelle est votre impression actuelle de la présence de cyclistes de montagne sur le Mont-Royal?

« Totalement positive » – Freddy Arciniegas

« Je me promène à pied très souvent dans le Mont-Royal. Je rencontre parfois des cyclistes de montagne et ça ne m’a jamais dérangé. Je ne fais pas moi-même de vélo de montagne. » -M.S.

« Beaucoup de cyclistes de montagne au mont-royal » – Oussama Amine

« Les cyclistes ne sont pas dérangeants » – Louis-David

« J’appuie à 100% » – Luc Desnoyers

« C’est ben correct.» – Étienne Juneau

2- Comment aimeriez-vous que cela change?

« Une place pour tous. Si les sentiers sont durables et sécurs [sic] il n’y a pas de raison de s’y opposer » – Louis-David

« Need to allow for a small network of trails to be built safely, make sure they are durable and properly maintaned » –Nick

« Sentiers spécifiques au vélo de montagne » – Christelle

« If the narrow trails were opened up to cyclists there would be less interaction (collision) with pedestriants » – Martin Peach

« J’ai habité des années aux Pays-Bas. Dans ce pays, dans tous les parcs il y a des chemins aménagés pour les vélos de montagne et réservés à eux. Ça m’étonne beaucoup de savoir que c’est interdit d’en faire sur le Mont-Royal, ça serait l’endroit idéal pour aménager des chemins. Je trouve ça bizarre que pendant l’hiver on peut faire toutes sortes de sports dans le Mont-Royal mais pas pendant l’été » – M.S.

3- Quels enjeux seraient les plus importants si cette activité devient autorisée?

« Environnement, sécurité, signalisation » – Freddy Arciniegas

«  – Proper construction of the trails (safe, durable…)
 – Proper identification / signage of trails to keep hikers off of them » -Nick

« – Indiquer clairement qu’un certain chemin est réservé aux vélos de montagne (ne pas forcément l’interdire aux piétons mais il faut qu’ils sachent qu’ils vont avoir des vélos sur le chemin).
– Bien aménager les chemins pour protéger les arbres. » -M.S.

« Empêcher les piétons d’y être » – Christelle

 

Bien sûr, ces arguments rassemblaient un consensus mais n’exprimaient pas l’unanimité. Parmi les personnes approchées, un usager était particulièrement critique des cyclistes. Par souci de transparence, nous incluons ici son témoignage:

Question 1: 
« À l’heure actuelle, ma perception des cyclistes de montagne est très négative. Non seulement leur présence est illégale, mais en plus l’attitude de certains est révoltante. Ils se croient rois et maîtres et n’ont aucune considération pour l’environnement ou autrui.
Question 2:
Option 1: Jusqu’à ce qu’un compromis soit mis en place, une présence policière pour pénaliser les contrevenants serait nécessaire. Une renaturalisation des sentiers et la mise en place d’obstacles serait également utile.
Option 2: créer un réseau séparé pour la pratique durable du sport. Si les cyclistes quittent les zones autorisées, une amende salée et la confiscation de leur vélo serait souhaitable.
Question 3:
– Respect de l’environnement et durabilité: à l’heure actuelle, la pratique dégrade la forêt, entraîne une érosion accélérée et détruit la végétation.
– Sécurité: S’assurer qu’il n’y ait aucune piste qui traverse des sentiers piétons. Réprimander les contrevenants de façon sévère (amendes, confiscation)
– Accessibilité: qu’il y ait une offre pour tous les niveaux, et que la sécurité des pratiquants soit assurée. » – Anonyme

De cette expérience, nous retirons plusieurs préoccupations légitimes que l’on partageait déjà, telles que celles pour la sécurité et l’environnement, mais aussi certaines plus concrètes, telles que les besoins de bien signaliser un éventuel projet de sentiers. Et bien que certains semblent avoir une expérience négative avec les cyclistes de montagne, il est étonnant de distinguer tout de même une certaine ouverture.

Pour conclure, il est désormais évident que si le vélo de montagne vient à être développé au Mont-Royal, cela devra être fait en conservant le climat de bonne entente actuel. Notre projet possède un atout majeur, et c’est l’acceptation sociale. C’est en favorisant celle-ci que nous voulons développer des sentiers.

Pour une utilisation durable des sentiers

ImageFrederick Law Olmsted, dont on reconnaît le nom par le sentier le plus large et le plus fréquenté du Mont-Royal, avait à la fin du XIXème siècle la mission de rendre la montagne accessible à toutes les classes sociales. Le contact avec la nature qu’elle procure était à l’époque une thérapie nécessaire aux maux de l’ère industrielle, particulièrement ressentis par la population ouvrière.

À ce jour, nous utilisons encore de la même façon notre îlot de verdure à Montréal, et nombreux sont ceux qui le font expressément pour entretenir leur santé physique comme mentale. Certains le font à pied, d’autres en raquette, ou skis de fond. Nous, nous le faisons en vélo.

Nous faisons partie de la même bande de cyclistes qui empruntent les chemins déjà tracés, mais notre activité nous pousse à chercher des sentiers appropriés pour que nos roues dansent entre les arbres dans un tracé agile et fluide, alliant vitesse et précision. Nous faisons du vélo de montagne.

Nous sommes comme les autres usagers, et nous utilisons la montagne pour les mêmes raisons qu’eux: Pour notre santé, pour se rassembler, pour vivre un peu mieux. Mais depuis plusieurs années, les mentalités changent pour nous faire considérer sérieusement notre impact sur ce coin de nature qui nous en donne déjà tant.

Il n’est pas discutable que le Mont-Royal est déjà sérieusement affecté par tous les types d’utilisation dans les sentiers non balisés. Espèces et habitats menacés, érosion et compaction des sols, détritus, cueillettes illégales d’espèces protégées… Partout où nous passons, peu importe le moyen, nous endommageons un écosystème pour notre bien-être.

Les cyclistes de montagne, réunis dans la communauté de Sentiers Royal, ont la solution à cela. Sauf que cette solution ne pourra jamais être appliquée tant que notre activité demeure illégale. Nous faisons actuellement face à des amendes, et n’avons aucune protection contre des individus dangereux qui menacent des vies humaines en plaçant des obstacles dans les sentiers que nous empruntons.

Cela est particulièrement choquant, lorsqu’on considère que le vélo de montagne, depuis les dernières années, s’est démontré être une activité avec un impact environnemental non seulement neutre, mais souvent carrément positif.

Non seulement savons-nous comment construire des sentiers tout en préservant l’hydrographie naturelle de la montagne, des dizaines de cas au tels qu’à Squamish, Kamloops, (BC), ou encore Toronto (Ontario) et Bromont (QC) ont démontré que les communautés mobilisées par cette activité devenue légale, ont su réaliser un travail impeccable de conservation environnementale sur la zone qu’ils s’étaient faits confier.

Et le tout, souvent lorsque ces sentiers devaient être partagés avec d’autres utilisateurs, à pied, à cheval, ou autre.

Nous sommes une communauté de cyclistes prêts et prêtes à faire le bon geste. Nous sommes à la recherche d’une solution durable, et nous sommes convaincus que ceci doit être fait non seulement avec les intérêts de la montagne à cœur, mais aussi avec celui des autres usagers. Dans l’optique d’une cohabitation aussi saine que les activités que nous y menons tous.

Nous ne désirons rien de plus qu’une zone où nous pourrons pratiquer notre activité en sécurité, et nous sommes conscients de notre impact, en sachant que cet impact pourra être positif. Mais tel que les choses sont, la situation n’est pas durable, ni pour nous, ni pour la montagne.

Aidez à amorcer le changement. Rejoignez notre communauté, et renseignez-vous. C’est ensemble, et mobilisé-es, que l’on pourra passer par-dessus les obstacles que nous avons entre nous et une solution réellement durable pour le vélo de montagne au Mont-Royal.

Gabriel Michaud
———————–
Sentiers Royal

https://www.facebook.com/groups/1483146698581828/
https://sentiersroyal.wordpress.com
Sentiersroyal@gmail.com

Crédit photo: SuperAtic LABS (http://thenounproject.com/SuperAtic/) licence Creative Commons